http://www.dreamstime.com/-image11171963

La pierre et la cathédrale

histoire très connue, mais il n’y a pas mieux pour comprendre comment l’exercice de vision modifie le rapport de chacun à son quotidien

3 hommes au bord de la route sur un chantier de construction.

je demande au premier qui semble dépité, fatigué, resigné

« que fais-tu? »

il répond : « je pose des pierres »

a la même question, le second répond : « je construis un mur »

ce qui en soit n’est pas forcément exaltant. il y a plus d’hommes qui construisent des murs que des ponts sur cette terre, un de plus…pour quoi faire.?

le troisième, malgré la dureté de la tache semble d’une grande énergie, son oeil semble pétiller, porté par une force invisible mais palpable. Son geste est sûr et efficace.

Ala même question, « que fais-tu? », il me répond troisième répond : « je bâtis une cathédrale ».

pensez a vos collaborateurs…

souhaitez vous qu’ils posent des pierres. construisent des murs ou bâtissent des cathédrales.

cela dépend de vous de la puissance de votre projet et votre capacité à le partager avec vos équipes

pour construire une cathédrale il faut certes du ciment pour que les choses tiennent mais le plus important c’est le souffle, le rêve collectif´ la fierté le sentiment de vivre quelque chose qui dépasse chacun et que l’on ne peut batir qu’ensemble

il faudra peut être un siècle, qu’à cela ne tienne chacun aura eu la fierté d’avoir posé sa pierre.

j’en etais…

Qu’est ce que les entreprises les plus innovantes ont en commun avec les self made man?

Les self made ont cela en commun qu’ils ne se sont pas contentés de ce qu’ils étaient ou ce que la société leur disait qu’ils pouvaient être, mais ils ont décidé de devenir ce qu’ils voulaient être.

Par intuition -innée ou acquises des difficultés de la vie-, la capacité de se hisser à ce niveau de conscience du dépassement possible : ne pas accepter ce pour quoi la société me programme, de ce que l’on veut être.

Cette conviction chevillée au corps a été leur cap, la cohérence de toutes leurs actions, leur énergie, leur refuge, leur secret, la recette de leur succès.

il en va de même dans les entreprises que dans la vie humaine : il y a ce que l’on est, ce que l’on peut être, ce que l’on veut être

l’analyse de ce que l’on est amène forcement a une approche statique, qui est plus une synthèse du passé mais ne dit pas grand chose sur le futur. Tout au plus on peut imaginer l’avenir en projetant les lignes de force du passé : le futur sera la reproduction de mon état de moi.

dans l’analyse de ce que l’on peut être, on monte d’un cran dans la projection : sur la base de ce que je suis aujourd’hui, de mes forces, de mes faiblesses, de mes compétences, de ce que je sais pouvoir améliorer chez moi, de la maitrise de mon environnement, de mes relations, voila les chemins que je peux emprunter, voilà comment je peux construire sur ma base pour m’élever

on part de ce que l’on est à l’instant T et on essaie de décrire ce que pourraient être les marches suivantes.

ce que l’on peut être est souvent l’écho de ce que la société et les autres projettent pour nous, des opportunités que mon environnement peut me proposer

quand on s’attaque à ce que l’on veut être, là on change la donne. a ce moment là on prend la main sur l’environnement, on prend la main sur son destin.

c’est la même chose pour les entreprises.

il y a les entreprises qui sont ce qu’elles sont, et qui seront demain ce qu’elles étaient hier, et devront fermer un jour car ma fois les affaires deviennent de plus en plus dures de nos jours…

il y a les entreprises qui dans un contexte angoissant d’un marche en mutation se demandent ce qu’elles peuvent faire pour s’en sortir. pousser tel produit, fermer telle usine, un plan social pour redémarrer?

et il y a les entreprises qui savent ce qu’elles veulent être, qui ont une vision claire pour le marché qu’elles souhaitent conquérir ou créer, une vision des produits qu’elle souhaite offrir à ses clients, pas des produits qui ont déjà été vus et revus, non : des produits porteurs du sens, de la différence qu’elle veut apporter au monde..

..Son seul guide sera sa vision qui va lui donner le cap, la cohérence, son identité, son unicité, sa matrice, la clé de son succès.

..Toute les actions de l’entreprise seront en cohérence par rapport à ce qu’elle veut être,

..elle aura l’exigence de n’accepter de proposer à ses clients que des produits qui lui ressemblent et servent son projet

..fière de ses valeurs et de ses produits, elle communiquera a travers eux

..entreprise de conviction et passionnée elle recrutera des hommes de conviction et passionnes pour son plus grand bien

..elle sera innovante, durablement unique, remarquable et inimitable, et saura traverser toutes les tempêtes..

Créer le génie collectif

la vraie force d’une entreprise est collective, comment ?
créer le génie collectif
le génie d’un seul homme ne crée pas de la valeur durable
seul le génie collectif crée la valeur durable
c’est le propre du génie que de savoir révéler à leurs contemporains ce dont ils ont l’intuition mais qu’ils ne savent pas matérialiser.
Il y a ces hommes de génie qui voient au delà de ce qui est visible pour le commun des mortels et qui forts de leur talent, de leur intuition, de leurs connaissances savent décrire ce que sera la suite de l’histoire non pas par itération de ce qui a été hier, mais avec ce saut créatif qui ouvre une voie nouvelle.
ces hommes sont rares, ceci peut créer de belles success story d’entreprise si ces génies arrivent à s’entourer, pour structurer l’entreprise et transmettre l’ADN et le savoir.
sinon, l’entreprise périclite de n’avoir pu se structurer, de n’avoir su formaliser son savoir pour le transmettre. parfois génie et travail collectif ne font pas bon ménage.
les génies ne courent pas les rues.
comment recréer dans une structure innovante les conditions du génie par l’intelligence collective?
quelles sont les caractéristiques intrinsèques des génies
  • un QI souvent au dessus de la moyenne
  • une conviction, une intuition sur un sujet, une problématique : la conviction que l’on peut faire autrement, l’intuition qui donne l’énergie pour chercher plus loin, là où les autres abandonnent
  • une connaissance universitaire ou empirique mais unique car toute entière construite au service de cette intuition
c’est ce schema qu’un collectif doit pouvoir reproduire et perpétuer
l’intuition, la conviction va se formaliser par la vision de l’entreprise : la conviction que l’on crée une marque, un produit ou un service pour apporter quelque chose de nouveau d’unique à ses clients, qu’ils l’attendent même si ils ne le savent pas
cette vision devient le Graal de la quête, le sens, le pourquoi de la création de valeur.
ce sera la matrice de l’entreprise : de ses valeurs, de ses projets, de son organisations, de ses rapports entre les hommes
c’est cette vision qui va permettre de recruter des hommes de valeurs et de valeur
une entreprise avec une vision attire les meilleurs d’entre nous car elle offre un lieu d’expression de ses talents au service d’une quête. Cette entreprise va recruter des hommes animés par le sens, qui sauront faire leur la vision de l’entreprise.
cette vision va donner la cohérence de toutes les actions, va permettre de créer des sagas de produits. La cohérence est gage d’efficacité, de plaisir.
ils vont créer ensemble une intelligence collective unique, somme de leurs intelligences, démultiplié par leurs interactions au service de la vision. Ils vont faire émerger un supplément d’intelligence qui n’appartient à aucune des parties mais qui appartient au tout, au service de leur vision commune.
c’est cette vision et cette intelligence collective unique qui va permettre de construire un savoir unique.
Cette agrégation de savoirs au service de cette vision va faire émerger de nouveaux chemins, de nouvelles synthèses, un nouveau savoir.
Un bon exemple est le cas de l’inventeur du Dyson qui a monté et démonté ses prototypes des milliers de fois refait des milliers de calcul, d’analyse pendant de années, car convaincu de pouvoir créer un procédé d’aspiration en recréant une dépression atmosphérique.
…et ce nouveau savoir va permettre de construire des produits en rupture, uniques et inimitables. ils ne sont pas issus d’itération du passé, ils sont issus de savoirs du passé ET de nouveaux savoir créés par la vision. In-novere : apporter de la nouveauté à l’existant
des produits de génie parce qu’ils créent de fait une rupture avec l’existant ET vont trouver leur marché car répondent à un besoin latent, besoin révélé à chacun par le produit lui-même : il est l’alpha et l’omega, simultanément le révélateur ET la solution au nouveau besoin
le téléphone portable me révèle mon désir de téléphoner d’où que je sois et m’apporte la solution
les Apps de l’Iphone me révèle le besoin latent et la solution de l’internet mobile
Dernier enjeu est ensuite de faire vivre la vision : la transmettre et la décliner, la renouveler pour en récolter les fruits durablement
c’est ce qui permet de créer du génie collectif dans l’entreprise gage de différenciation durable, et de plaisir pour tous